Formation à distance, hybride et en présentiel : retour d’expérience

L'enseignement supérieur et la COVID-19, mon retour d'expérience...

Tribune Décembre 2020
Par Samy Kerob

Mon retour d’expérience sur la formation en présentiel et la formation à distance

Il y a trois mois j’évoquais une rentrée scolaire 2020 sous le signe des distances. Celles imposées par la COVID-19 aux acteurs du monde de la formation. La stratégie du reconfinement progressif établie par le gouvernement pour parer au retour en force de la pandémie (même si elle ne s’était jamais éteinte) nous a permis de pratiquer, en peu de temps, différents de modes d’intervention auprès des étudiants : la formation en présentiel, hybride (50% présentiel et 50% distanciel) et distancielle.

1. Étudiants, utilisation d’outils digitaux et formation à distance : talent inné ou à acquérir ?

L’appropriation en accéléré des outils digitaux pour ensuite les transmettre aux étudiants est une source de motivation et de satisfaction. En effet, quelle meilleure formation que de devoir accompagner ses étudiants en les plaçant dans des situations où ils doivent travailler sur des sites et partager des travaux en ligne ?

enseignement formation a distance utilisation outils numériques étudiantsRien de nouveau ? Pas si sûr. Certes, ils sont sur les réseaux sociaux, ils créent des groupes Facebook ou Whatsapp et échangent des documents sur des clouds. Mais ils n’ont pas forcément travaillé sur des sites de gestion de projets comme Trello ou de créations de documents marketing partagés comme Canva.

J’ai été surpris de constater certaines résistances venant d’une génération qui est née avec les réseaux sociaux. Mais, avec un minimum d’efforts, ils y parviennent. Nul doute que lorsqu’ils sortiront sur le marché du travail ils n’auront aucune difficulté à maîtriser ces outils et à évoluer avec eux.

2. Enseignement et formation à distance : difficultés et inégalités

Problèmes de concentration et étudiants désavantagés :

probleme concentration formation a distance etudiantsLa formation à distance se heurte à un souci de taille : celui de la concentration. En présentiel, l’étudiant doit suivre le cours et se montrer attentif. S’il décroche, l’enseignant est là pour le « secouer ». En mode hybride, un net déséquilibre apparaît : ceux qui sont en classe sont avantagés par rapport à ceux qui sont chez eux. Dans le feu de l’action, l’enseignant a tendance à ne faire cours que pour les présents.

Formation à distance et disparité numérique :

A distance, d’autres déséquilibres apparaissent. Ils sont causés par la qualité du signal Wifi des uns et des autres. Impossible de suivre correctement le cours, difficile de partager son travail ou d’intervenir dans des séances interactives avec des coupures régulières.

fracture numérique enseignement à distance
présence réelle en cours a distance

Formation à distance et présence réelle :

Avec la formation à distance, il est également difficile pour l’enseignant de contrôler la présence « effective » de l’étudiant qui bien que connecté sur la plateforme ne répond pas aux sollicitations.

Pour conclure...

Depuis de nombreuses années, des études et témoignages ont montré qu’un salarié en télétravail pouvait être plus productif. Nous verrons ce qu’il en sera des étudiants à la fin de la pandémie. Quoiqu’il en soit, la relation directe en présentielle reste la meilleure.

Partager cet article :